Les dangers du surpoids face au COVID

Le coronavirus a officiellement contaminé plus de 45 millions de personnes en octobre 2020. Cette pandémie a ainsi bouleversé notre système sanitaire, économique, financier et sociale. Elle a mis en danger des millions d’individus à travers le monde. Si l’ensemble de la population peut être contaminée, certaines catégories de personnes à risque sont plus susceptibles de développer une forme grave de la maladie, pouvant entrainer une hospitalisation et la mort. Les individus en situation d’obésité font aujourd’hui partis des personnes vulnérables face au coronavirus.

Quels sont les risques pour les personnes en surpoids ?

Les personnes avec un indice de masse corporelle (IMC) trop élevé sont exposées à de nombreux risques. Tout d’abord, ce groupe de personnes vulnérables a un risque accru d’hospitalisation. Dans la région de New York, une étude a été menée sur plus de 5 700 patients infectés par le coronavirus. Les médecins ont alors dénombré plus de 41 % de patients hospitalisés avec un IMC supérieur à 30. Le chiffre s’élevait à 19 % pour les personnes avec un IMC supérieur à 35.

Le coronavirus implique également un risque plus important d’assistance en soins intensifs pour les personnes obèses. Dans le nord de la France, à Lille, plus de 28 % des patients nécessitant une ventilation mécanique avaient un IMC supérieur à 35. A Lyon, les chiffres sont plus optimistes, et seuls 11,9 % des personnes prises en charge ont un IMC supérieur à 35.

Même si les chiffres diffèrent d’une région à l’autre, le constat reste le même : les personnes avec un IMC supérieur à 30 développent des formes plus graves de l’infection au coronavirus. Au cœur de la crise sanitaire, de nombreuses recherches sont actuellement en cours pour déterminer le lien de causalité entre obésité et vulnérabilité.

Pourquoi les personnes corpulentes sont-elles plus fragiles face à la Covid-19 ?

Selon une étude menée par l’Université de Caroline du Nord, une personne obèse est deux fois plus susceptible de séjourner à l’hôpital suite à une infection au coronavirus. Les individus présentant un indice de masse corporelle supérieur à 30 sont donc exposés à un risque plus élevé, et peuvent développer une forme sévère d’infection. De nombreux scientifiques ont exploré les raisons de cette fragilité.

Le dysfonctionnement du système immunitaire des personnes corpulentes constituerait une explication probable. En effet, tous les individus produisent des cellules immunitaires, également appelées globules blancs. Ces cellules sont particulièrement présentes au sein des adipocytes, destinées à stocker la graisse. Les personnes avec un IMC supérieur à 30 ont ainsi tendance à produire une trop grande quantité de globules blancs et de cytokines. Les cytokines sont libérées par les cellules immunitaires et permettent de protéger l’organisme. Mais, en trop grand nombre, elles créent une réaction inflammatoire permanente. Contaminés par le coronavirus, les individus obèses subissent une aggravation de cette inflammation, déjà présente de manière chronique. L’emballement de la production de cytokines devient alors toxique, et parfois fatal, pour les patients.

La fragilité des personnes corpulentes face à la pandémie peut être liée aux dépôts ectopiques de graisse. Ces dépôts de graisse interviennent au niveau abdominal, mais également au niveau des organes. Les dépôts ectopiques de graisse sont ainsi mis en cause dans la surproduction de cytokines, qui entrainent par la suite une sur-inflammation.

Les scientifiques ont également établi un lien entre les performances ventilatoires des personnes en surpoids et leur fragilité face à la covid. En raison de leurs poids, ces individus connaissent déjà une diminution de la force de leurs muscles respiratoires. Après une infection au coronavirus, ils sont ainsi plus susceptibles de voir leurs détresses respiratoires s’aggraver, et de nécessiter une prise en charge rapide.

Enfin, les personnes obèses sont exposées à d’autres morbidités. C’est le cas du diabète, de l’atteinte rénale, de l’apnée du sommeil, de l’hypertension artérielle ou des thromboses veineuses. Ces comorbidités sont connues pour accroitre le risque de défaillances respiratoires et d’embolies pulmonaires chez les patients hospitalisés.

Quelles sont les solutions pour les personnes avec un IMC trop élevé ?

Les personnes en surpoids sont plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie. Mais quelles sont les solutions pour les protéger ? Il n’est pas question de les isoler, ou de les enfermer chez elles. Au contraire, un manque d’activité sportive ou une perte de lien social serait encore plus préjudiciable pour leur santé.

Aujourd’hui, il faut donc combattre deux pandémies en parallèle : l’obésité et le coronavirus. Plus de 600 millions de personnes à travers le monde sont considérés comme obèses. La crise du coronavirus a mis en évidence la fragilité de ces individus, qu’il faut donc accompagner, aider et traiter. Le lien entre la covid et les cytokines pourraient permettre aux patients corpulents de bénéficier d’une intervention personnalisée. Ils pourraient ainsi profiter de médicaments qui luttent contre la propagation et l’action des cytokines.

Outre le traitement, il est important de travailler sur la prévention. Si les personnes avec un IMC supérieur à 30 sont plus vulnérables, il est donc nécessaire de mettre tout en œuvre pour les protéger. Une alimentation équilibrée, le strict respect des mesures d’hygiène ou la pratique régulière d’une activité sportive doivent être encouragés. Chaque patient obèse, contaminé par la covid, doit être surveillé, et pris en charge dans les meilleurs délais.

MON BILAN SANTÉ VENTRE